Le théâtre de marionnettes à Saubhagyam (mars 2016)

IMG_6556.JPG Cette année, lors de mon départ pour l’Inde, ma valise contenait : un théâtre fabriqué avec un sari, des restes de tissus et de dentelles ; des images d’animaux ; des tubes de peinture et des textes du Panchatantra en hindi, réécrits sous forme de dialogues.
Ces contes fort anciens (sans doute du III ème avant JC, peut-être même plus anciens), sont très connus en Inde. Ils mettent en scène des animaux et des humains. Et tout comme dans les fables de La Fontaine (qui connaissait d'ailleurs ces textes) celui qui paraît le plus faible n’est pas pour autant le moins malin.
J’avais préparé trois contes : Le lapin malin, Quatre amis et Choisir ses amis.
La première étape a consisté :
- à découper les images des animaux, des arbres, des puits, des buissons, du soleil…servant de marionnettes, de masques ou de décors.
- à coller ces images recto verso sur du carton épais, à les découper en y fixant des baguettes de bois, puis à les peindre.
P1080999.JPG Nous avons vécu des moments très drôles car les enfants travaillant par terre il y a eu quelques pieds dans la colle ou la peinture.
Le choix des couleurs est aussi une affaire de goût. Un lion à moustaches roses, c’est beau ! D’ailleurs le même lion dans différentes positions a visiblement teint ses moustaches ou sa crinière suivant son humeur.
Les grands se sont regroupés pour faire les deux décors du fond de scène : une jungle et un désert. Magnifique !

La deuxième étape a été la mise en scène.
P1090082.JPG Devant le théâtre en tissu, quelques récitants (les plus âgés) portant le masque de leur personnage
Derrière le théâtre, les plus jeunes bougeant les marionnettes. Ils devaient être silencieux pour entendre les dialogues et ne pas agiter les marionnettes dans tous les sens.
Quelques grands ont fini par passer derrière pour aider les petits
. Dominic avait défini un groupe d'enfants pour chacune des trois pièces avec un mélange de grands et de petits pour que chacun puisse avoir un rôle (lire son texte, tenir sa marionnette, tenir le décor du fond à bout de bras).
Nous avons fait quatre répétitions un peu houleuses ; puis le spectacle la veille de mon départ a été une grande réussite.
Pour récompenser tout ce petit monde du travail accompli, et pour nous dire au revoir nous avons servi un petit goûter.
Les enfants ont beaucoup aimé cette activité. Ils ont montré une belle solidarité entre eux : les grands se sont entraidés pour la lecture de leur texte (le hindi n’est pas leur langue maternelle, en général c’est le bihari, très différent), et ils ont fait preuve de patience avec les petits qui avaient du mal à agiter les marionnettes de façon expressive.
De quoi remettre un peu les idées en place sur les difficultés que nous devons surmonter dans notre vie. La leur n’est pas confortable, c’est le moins que l’on puisse dire, mais j’ai senti chez ces enfants une confiance, un enthousiasme, une grande joie.
Et je suis repartie avec des mots et des dessins de chacun d’eux. Pour moi, ils sont une belle récompense du temps passé à préparer cette activité, avec ou sans eux
Et bien sûr des souvenirs et des photos qui me permettront de rêver à ce voyage pendant de longs mois.

Nicole